The 10 000 immortals : l’avis d’un fan

Vous trouverez sur cette page, la critique d’un fan concernant The Ten Thousand Immortals.


Kilian-Paul Guibert, actuellement âgé de 21 ans, est fan de la série Tomb Raider & Lara Croft depuis ses 5 ans, il a joué à tous les épisodes (y compris les jeux mobile) et collectionne de nombreux goodies basés sur la série. Aujourd’hui, il nous propose une critique du dernier roman de la série : The Ten Thousand Immortals, sorti en Septembre 2014, créé afin d’expliquer aux fans ce qu’il s’est passé entre Tomb Raider (2013) et Rise of the Tomb Raider (2015).

« Depuis la sortie du reboot des aventures de Lara Croft, simplement nommé Tomb Raider, qui nous présentait une Lara plus jeune, plus frêle et inexpérimentée sur une île mystérieuse avec son équipage, on nous a annoncé le retour de Lara à travers différents médias pour servir de passerelle entre la fin du reboot et le début du prochain jeu, Rise of The Tomb Raider. Entre les 18 comics qui sont sortis et le roman, il y avait de quoi patienter en attendant le retour vidéoludique de Lara. Ce roman, se situant directement après son retour de l’île du Yamatai, semblait avoir toute son importance pour suivre sa progression en tant que survivante. Alors, ce récit entièrement écrit dans la langue de Shakespeare par Dan Abdnett et Nik Vincent, est-il plutôt satisfaisant ou plutôt décevant ? Telle est la question. »

roman06-critique01

« La jeune archéologue souffre toujours des séquelles de sa précédente expédition sur l’île du Yamatai, réfugiée dans son appartement Londonien, elle finit par recevoir pendant la nuit un appel de sa meilleure amie Sam (elle aussi rescapée). En revanche, au bout de l’appareil, c’est une voix masculine qui lui annonce que sa meilleure amie à fait une overdose, se trouvant maintenant à l’hôpital. Ne faisant ni une, ni deux, Lara va chercher un moyen de guérir la jeune japonaise à l’aide d’un livre trouvé sur l’île du Yamatai. Ses recherches la mèneront en quête de la mystérieuse Toison d’or, seulement Lara ne sera pas seule à rechercher cet artefact : une société secrète du nom des Dix mille immortels est prête à tout pour s’emparer de cet objet qui, semblerait-il, aurait des propriétés curatives dépassant l’imagination. »

roman06-critique02

« L’histoire racontée dans ce roman est assez médiocre, et ne parlera pas vraiment aux fans qui ne pourront que détester Sam pour être, encore une fois, la demoiselle en détresse que Lara devra sauver d’une mort certaine. Les personnages, en dehors de Lara, sont assez fades et peu marquants, certains sont assez inutiles même (Christian Fife et ses gardes du corps), la faute au style de narration qui est assez lourd puisqu’il ne tournant quasiment qu’autour des pensées de Lara. Les répétitions sont régulièrement présentes, notamment lors des dialogues où l’on retrouve systématiquement des say en fin de phrase, ou encore des She/He said qui donnent un résultat assez scripté proche de l’amateurisme. Les scènes de combat sont trop détaillées pour être intéressantes et durent bien trop longtemps (le passage par exemple où Lara essaie d’échapper à un garde de Fife). Les descriptions trop profondes apportent un sentiment de lassitude au fil des pages. Les destinations choisies sont au nombre de trois : l’Angleterre, la France et la Grèce, ce qui n’est pas forcément original mais cela reste cohérent. Les retournements de situations sont assez prévisibles (l’inconnu rencontré, puis apprécié qui nous trahit), tout comme d’autres tombent tel un cheveu sur la soupe (l’arrivée de l’organisation Trinity). Quand à la conclusion du livre, on se retrouve face au Deus Ex Machina le plus insultant que j’ai pu lire. Le seul point positif dans ce livre, c’est le personnage de Lara qui est assez bien écrit au début et qui parvient à évoluer par la suite. »

roman06-critique03

« Pour conclure donc, je n’ai pas du tout aimé ce roman, j’ai pris peu de plaisir à le lire et je n’ai été marqué que rarement lors de certains passages. L’écriture lourde, les répétitions multiples et le scénario laissant à désirer dont on fait preuve les auteurs montrent que ce roman à été écrit à la va-vite avec peu d’implications pour le personnage que représente Lara Croft dans la licence Tomb Raider, il est, pour moi, clairement à éviter. »